Comment élaborer un budget participatif pas à pas ?

31 mars 2020
11 minutes environ

Le budget participatif est une réponse à la demande croissante des citoyens d’être associés à la décision publique. Il se différencie des autres dispositifs participatifs car il implique un budget alloué par la collectivité. Le politologue Yves Sintomer le définit comme un “dispositif qui permet à des citoyens non élus de participer à la conception ou à la répartition des finances publiques(1). S’il existe depuis les années 1980, sa forme évolue.

L’apparition de nouvelles technologies dédiées, comme les plateformes participatives, a notamment permis de le rendre plus horizontal. Au lieu de désigner des délégués pour porter leur choix, les habitants d’un territoire peuvent participer directement à la décision, en proposant et/ou en votant pour les projets qui seront financés par la collectivité.

Cet article revient sur les différents éléments à prendre en compte dans la construction d’un budget participatif, les différentes étapes de son organisation ainsi que les points de vigilance. Il indique autant les outils à votre disposition que les ressources que vous devrez mobiliser au cours de la démarche. Nous prendrons le point de vue d’une collectivité mais ces conseils s’appliquent également à d’autres acteurs tels que les écoles, universités ou associations.

1. Définir les objectifs et le périmètre d’intervention du budget participatif

Définir les objectifs de votre budget participatif

Avant de penser aux étapes du budget participatif, la définition des objectifs, du champ d’intervention du budget participatif, de sa temporalité ainsi que des valeurs portées intervient en premier lieu. Si cela peut paraître abstrait au premier abord, il n’en est rien !

En intégrant des valeurs aux objectifs de votre budget participatif telles que l’inclusion ou la justice sociale, vous influencez le fonctionnement de la démarche. Par exemple, ajouter l’inclusion comme vecteur de la démarche participative peut se traduire par le renforcement de médiations de terrain et de l’accompagnement au dépôt des idées. En conséquence, vous devrez anticiper vos besoins en ressources humaines.

Il en est de même pour la justice sociale. Si ce critère vous semble important, il impactera la façon dont vous répartirez le montant de votre budget entre les quartiers ou aires géographiques de votre territoire. La répartition visera l’égalité des territoires mais pourrait empêcher l’émergence de projets qui auraient été au premier plan. En revanche, elle favorisera les quartiers où la mobilisation citoyenne sur des dispositifs institutionnels de participation est moins évidente.

Estimer le montant de l’enveloppe budgétaire

En parlant de budget, c’est également un autre point à traiter avant de passer à la création de vos étapes du budget participatif. Intimement lié aux objectifs du budget participatif, la part du budget allouée à la démarche permettra plus ou moins de donner à la population de créer des projets ambitieux et structurants pour votre territoire.

En 2020, la moyenne se situe à 6,50€ par habitant. Certaines grandes villes se distinguent comme Paris (45€), Rennes, Avignon et Montreuil (autour de 15€). Mais également des plus petites communes n’hésitent pas à dépasser les 20€/habitant comme Firminy et Grande-Synthe.

budget participatif : comment ça marche

Choisir les domaines de compétences visés par le budget participatif

Dans la majorité des cas, les budgets participatifs portent sur l’ensemble des compétences de la collectivité territoriale et financent le plus souvent des projets “en dur” liés au cadre de vie (pose de bacs à fleurs, aménagement d’une place ou installation de mobiliers urbains).

Cependant, ceci n’est pas une fatalité. Les années 2019 et 2020 voient émerger de plus en plus des budgets participatifs avec des thématiques ciblées. Écologie et environnement pour les villes (comme Metz). Éducation et solidarités pour les départements (comme la Somme et Ille-et-Vilaine).

2. Mobiliser les équipes et instaurer une dynamique vertueuse

La mise en place d’un budget participatif ne se fait pas à la dernière minute sans avoir soigneusementpris le temps de le construire et ce, avec l’ensemble des services de la collectivité concernée. Cette question est d’autant plus importante qu’il s’agit d’un dispositif de participation citoyenne qui s’étale sur un temps long et qui mobilise un nombre important de ressources.

Chez ConsultVox, nous vous accompagnons dans le choix du ou des dispositifs de participation les plus adéquats en fonction de vos projets, besoins et problématiques. Si vous envisagez de lancer un budget participatif, n’hésitez pas à nous contacter bien en amont, vous pourrez ainsi bénéficier de notre expérience pour le construire de manière cohérente.

Inclure les services techniques

Comme tout projet mené dans une collectivité territoriale, l’organisation est primordiale ! Le budget participatif exige encore plus de travail en transversalité que d’autres dispositifs car il demande un investissement important de l’ensemble des services techniques qui seront en charge d’étudier les idées déposées et de concerter les porteurs d’idées au cours du processus.

S’appuyer sur la direction de la communication, pilier du budget participatif

Parmi les services à intégrer dès le début de la construction du projet, on notera obligatoirement le service communication. Mettre en place un budget participatif sans stratégie de communication est impensable. Les retours d’expérience des collectivités l’ayant déjà mis en place sont précieux : n’hésitez pas à aller voir ce qui se fait, notamment en termes de diffusion et de mobilisation.

À titre d’exemple, vous pouvez consulter cette campagne qui s’est inspirée des codes du cinéma en créant de héros de saga comme repères du budget participatif – et celle-ci qui a décidé d’inscrire son budget participatif dans son plan global de communication citoyenne « écrivons ensemble notre avenir ». Là encore, notre équipe saura vous guider pour réfléchir et construire la stratégie et/ou le plan de communication adaptés à votre budget participatif.

Découvrir notre budget participatif en ligne avec l'un de nos spécialistes

3. Établir la procédure et le calendrier du budget participatif

Calendrier et fonctionnement du budget participatif

Préparer le dépôt de projets, première étape du budget participatif

C’est durant cette étape que les habitants sont invités à déposer des idées susceptibles d’être financées par la collectivité.

Il est important, dans ce cadre, d’être clair sur les règles du jeu :

  • Quels idées peuvent être déposées ? Il faut déterminer et indiquer précisément les compétences réelles ou thématiques concernées par l’appel à idées, le niveau de précision attendu de la part des participants dans la description de leur idée et le rôle qu’ils joueront dans la réalisation de cette dernière.
  • Par qui ? Ce budget participatif vise-t-il l’ensemble des habitants, une tranche d’âge ou un public spécifique, des personnes physiques ou bien morales (associations, collectifs…) ? Dans quelle mesure est-on capable de vérifier ces informations lors du dépôt de projets ?
  • Comment ? S’agit-il d’un processus purement numérique et/ou physique ? Dans quelle mesure peut-on répondre aux interrogations des participants ou les accompagner dans leur démarche de dépôt pour que les projets soient pertinents ?

Fixer les critères de recevabilité pour la phase d’étude

Une fois la phase de dépôt clôturée, une première étude intervient généralement pour déterminer la liste des projets qui seront soumis au vote.

Étudier la recevabilité d’un projet et sa faisabilité technique, juridique et financière, permet d’éviter les incompréhensions si un projet était massivement voté mais finalement non retenu car irréalisable. Ne devraient apparaître lors de la phase de vote qui suit cette étape, que les projets que la collectivité est capable de réaliser.

Créer une campagne de valorisation des projets

C’est le moment de mettre en avant la liste des projets recevables et de mobiliser les citoyens à voter pour leur(s) projet(s) préférés. L’appel au vote repose à la fois sur l’administration mais, également, sur les porteurs de projets qui sont leur propre ambassadeur.

Pour aider à la mobilisation, la collectivité territoriale fournit les moyens aux porteurs de projets de faire campagne. Cela peut se traduire par le tournage et la diffusion de courtes vidéos, l’édition d’un catalogue des idées ou, encore, la création et la mise à disposition d’un kit de communication.

Décider des conditions de vote au budget participatif

De la même manière que pour la phase de dépôt de projets, les modalités de vote doivent être précisées en amont.

  • Qui peut voter ? Dans quelle mesure est-on capable de vérifier les informations des votants ?
  • Où le vote a-t-il lieu ? S’agit-il d’un processus purement numérique et/ou physique ?
  • Le mode de vote adopté : y-a-t-il un minimum et maximum de projets pour lesquels voter ? Est-ce plutôt un vote pondéré ? Pour plus de détails, nous détaillons dans un autre article les impacts du mode de vote choisi sur le budget participatif.
  • Quel est le poids réel du vote dans le processus de décision ? La phase de votes permet d’établir un classement des projets les plus plébiscités. Néanmoins, ce classement est-il un indicateur, un outil de priorisation sur lequel s’appuiera la décision ou bien fait-il office de classement final des projets qui seront, effectivement, réalisés (jusqu’à épuisement de l’enveloppe fixée) ?

Pour compléter la phase de vote, certaines collectivités peuvent choisir de mettre en place un jury citoyen. En dernière instance, ce jury peut intervenir après la phase de votes. L’avantage est d’arbitrer pour une meilleure répartition (géographique ou thématique) des projets que via le classement des votes. Néanmoins, elle questionne l’intérêt et l’impact des votes des habitants et réduit donc l’horizontalité dans le processus de décision.

Assurer le suivi de la réalisation des projets

Le budget participatif s’axe sur un adage “Vous décidez, nous réalisons”. L’une des particularités de la démarche repose en effet sur ce lien étroit entre la consultation du public et la réalisation concrète de ce qui a été proposé et voté. Il convient donc de donner un droit de regard aux habitants sur les suites données aux projets lauréats.

La plateforme du budget participatif peut servir à indiquer les étapes de réalisations, du début des travaux à l’inauguration. Grâce à la technologie de ConsultVox, les participants reçoivent une notification pour les informer des avancées des projets.

4. Lier numérique et terrain

Choisir son outil numérique

Nous sommes spécialistes des démarches de participation en ligne et vous préconisons donc de choisir un outil dédié pour créer votre budget participatif. Chez ConsultVox, vous avez la possibilité de passer soit par une plateforme, soit d’intégrer l’outil directement dans le site de votre collectivité.

Dans tous les cas, il est fondamental de se diriger vers des outils numériques qui placent la facilité de l’expérience utilisateur au cœur de leur démarche. La structuration des outils jouent sur l’usage et influence l’engagement et la participation. Inversement, les différents questionnements développés plus haut sur les modalités de dépôt de projets, de votes, etc. structurent le budget participatif en tant qu’outil.

Penser à la médiation de terrain

Les démarches de terrain visent à mobiliser des publics qui n’ont pas d’accès aux outils numériques ou qui interviennent peu dans des dispositifs participatifs. C’est pourquoi la qualité de l’organisation des actions ou d’évènements de terrain sont des facteurs de réussite d’un budget participatif.

Puisque le budget participatif se distingue par sa capacité à allier participation et délibération, il ne se limite pas à une agrégation d’idées. Au contraire, le processus doit prévoir des espaces de mise en débat afin que les habitants puissent dialoguer entre et créer du lien social.

Les acteurs relais constituent ici des piliers du budget participatif. Services d’action sociale, animateurs de rue, ambassadeurs, tous peuvent favoriser la participation, notamment des publics éloignés de ce genre de dispositifs.

Par ailleurs, la juxtaposition ou le cumul de différents dispositifs de participation citoyenne sans créer de synergie entre les uns et les autres sont à éviter. C’est pourquoi il faut penser cette articulation entre les instances de participation et le budget participatif de sorte à éviter une forme de confusion de l’habitant face à différents niveaux de participation

Avantages et limites du budget participatif

Grâce à ces éléments, vous êtes prêts à élaborer votre propre budget participatif à l’image de votre territoire et de vos objectifs. Une fois que vous avez dessiné votre démarche, vous pourrez la retranscrire dans un « règlement du budget participatif » , qui vous servira de feuille de route.


(1) Bézard Antoine, “Budgets participatifs : la nouvelle promesse démocratie ?, Fondation Jean Jaurès, [en ligne], consulté le 28 octobre 2020.

Ces ressources peuvent aussi vous intéresser
    Inscrivez-vous !
    Inscrivez-vous à notre Newsletter et ne manquez rien de l'actualité de la participation citoyenne.
    En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir la newsletter de ConsultVox et reconnaissez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide des liens de désinscription ou en nous écrivant à contact@consultvox.co.
    close-link