Propositions et idées citoyennes : nos coups de cœur

16 avril 2020
10 minutes environ

Les civic tech proposent des outils de participation citoyenne aux fonctionnalités variées. Du développement de projets créatifs à l’élaboration d’un diagnostic partagé, les usages prennent des formes multiples. 

À chaque étape d’un processus démocratique, des outils distincts peuvent être employés. Pour stimuler la création de projets et favoriser l’initiative citoyenne, Consultvox propose plusieurs outils numériques : l’appel à idées, la carte participative et le budget participatif

Environnement, mobilité, solidarité, culture : parmi toutes les idées proposées sur les plateformes de nos clients, nous vous proposons aujourd’hui de partager quelques uns de nos coups de cœur. 

 

Sommaire :


Une grande journée nettoyage de la ville durant la semaine de la réduction des déchets 

La Ville d’Hazebrouck a invité ses habitants à exprimer leurs idées pour co-construire le programme de la dernière édition de la semaine européenne de la réduction des déchets (SERD). Depuis 2006, la France consacre en effet la dernière semaine de novembre à la sensibilisation et la prévention des déchets, qui est devenue européenne par la suite. Lors de la dernière édition, 7 000 animations ont été proposées sur le territoire, près de 80 % des actions étant portées par des acteurs publics et des entreprises. l’ADEME, porteuse de l’initiative, a comptabilisé plus de 2 800 000 participants aux animations liées à cet événement dont les thématiques phares sont le zéro déchet et le gaspillage alimentaire. 

Une des propositions recueillies dans le cadre de l’appel à idées hazebrouckois est d’organiser, dans le cadre de la SERD,

 

Une grande ou des grandes journées de nettoyage de nos quartiers,

en invitant les écoles, lycées et associations.

 

Cette idée fait écho à plusieurs mouvements citoyens lancés à l’échelle nationale et internationale. En 2008, Rainer Nolvak décide de créer le mouvement Let’s Do it dans le but de motiver les estoniens à une journée de nettoyage nationale. Résultat : plus de 10 000 tonnes de déchets ont été ramassés par 50 000 volontaires. Cette initiative dépasse les frontières de l’Estonie et commence par prendre de l’ampleur dans d’autres pays. C’est ainsi qu’en 2017, l’association Let’s do it Foundation décide de lancer l’organisation d’une journée annuelle dédiée au ramassage des déchets : le world clean up day. En 2018, en France, l’événement rassemble près de 200 000 personnes sur 3000 points de collecte différents. 

 

participation citoyenne : clean walk

 

 

En parallèle, des personnalités se saisissent de cette initiative pour lui donner davantage d’ampleur. En France, on parle du mouvement des “clean walk” dont la visibilité repose notamment sur l’investissement d’influenceurs et vidéastes tels que Benjamin Carboni. Son objectif est de “fédérer toutes les énergies autour d’un projet universel et de générer une prise de conscience globale sur la problématique des déchets sauvages”. En 2019, une centaine d’opérations ont été organisés en France et en Belgique. Aujourd’hui, chacun peut initier ou s’inscrire à des clean walk autour de chez soi grâce à des plateformes tels que cleanwalk.org.

La mairie d’Hazebourck a quant elle décidé, au lieu de le faire durant la SERD, de s’inscrire à l’opération régionale “Hauts-de-France propre”, qui a permis à l’échelle de la ville de ramasser 800kg de déchets jetés dans la nature.

 

Covoiturage scolaire entre familles pour réduire l’utilisation de la voiture

La Ville de Bondues a initié l’année passée un travail de consultation sur la mobilité. La première étape de cette démarche était de laisser la part belle à l’expression des avis et idées des habitants et usagers des transports. En plus d’un questionnaire en ligne pour comprendre leurs besoins et leurs attentes, la ville a proposé un appel à idées pour “se passer de la voiture”. 

Parmi les différentes contributions recueillies, plusieurs ont mis en avant la problématique du transport scolaire et l’une d’entre elles suggérait la mise en place d’un système de covoiturage entre familles.

 

Nous sommes beaucoup de parents à être contraints par les horaires de l’école ou de la garderie. Pourquoi ne pas proposer un covoiturage à partir du parking de l’école ou alentours, pour effectuer les trajets hebdomadaires écoles > travail et travail > école. 

 

Depuis plusieurs années, des initiatives locales visant à faciliter les trajets vers l’école commencent à voir le jour. Parmi celles-ci, on note le Pédibus : un autobus qui se déplace à pied grâce aux enfants et adultes qui les encadrent ou encore les sites de covoiturage dédiés aux établissements scolaires. Le principe se concrétise par la mise en place d’un portail dédié aux habitants pour trouver un conducteur ou des passagers pour leurs trajets domiciles-école. En plus des parents, les associations qui proposent des activités pour les enfants sont également en demande. Pour faciliter ces mises en relation, plusieurs prestataires ont vu le jour : Scoléo, Hopways, Cmabulle, kidmouv… L’enjeu pour ces plateformes spécialisées étant de garantir la sécurité aux parents pour qui la question est primordiale

Le Maire de Bondues a, quant à lui, effectué une première présentation de l’application CmaBulle aux responsables d’associations des parents d’élèves et aux associations sportives et culturelles. Pour aller plus loin, une consultation sera menée en partenariat avec l’École principale de la ville et le groupe de transports Ilévia : “une étude en profondeur des déplacements des écoliers sera lancée pour tirer des leçons et proposer des solutions d’avenir”. 

 

Écoles et universités : des idées vertes pour des campus zéro déchet

En 2019, l’Université de Lille a invité ses étudiants et son personnel à proposer des idées en matière d’amélioration de la qualité de vie sur les campus. Les contributions recueillies touchaient des thématiques variées comme l’équipement sportif et culturel, la mobilité, la restauration, la solidarité, les lieux de vie ou encore l’environnement. Parmi les propositions touchant à ce dernier sujet, l’une d’entre elles appelait à faire tendre les campus vers le zéro déchet.

 

Il serait bon de prendre à bras le corps les défis environnementaux actuels. Notamment, le constat qu’il y aura bientôt plus de déchets plastiques dans les océans que de poissons est alarmant (…) Un comité de  pilotage pour un campus zéro déchet peut être mis en place. Des associations comme le Refedd, Zéro Waste, ou autres peuvent aider. Nos campus pourraient devenir des projets-pilotes du changement. 

 

Le “Zéro Déchet” est une approche qui vise à mettre en place une gestion alternative des déchets en considérant que le recyclage n’est pas la solution : “le meilleur déchet, est celui qu’on ne produit pas”. Cette stratégie impacte directement nos modes de vie mais également le fonctionnement des organisations qui structurent notre société. Ainsi, les Écoles et Universités, dont la mission et d’accueillir et de former des citoyens, ont intérêt à mettre en place une politique en faveur de la réduction des déchets.

 

Participation citoyenne : universités zero dechet

 

Pour ce faire, la Conférence des Présidents d’Université (CPU) a édité un guide “Économie circulaire et zéro déchet : vers un campus responsable” (2019). Il met notamment en avant l’approche de Grenoble École de Management qui a vocation à devenir une grande école “Zero Waste”. Ce guide, qui s’adresse aussi bien aux personnels qu’aux étudiant.e.s et usagers, démontre l’intérêt de “l’instauration d’un système vertueux garantissant le respect de l’environnement, tout en répondant clairement à un objectif de rentabilité économique”. 

De son côté, l’Université de Lille, en réponse à cette proposition, a prévu de mettre en place différentes pistes d’actions : 

  • Systématiser le tri sélectif à la source ;
  • Installer des distributeurs de boissons acceptant l’apport d’un contenant extérieur ;
  • Proposer des fontaines à eau ; 
  • En partenariat avec le CROUS, inciter à amener ses propres couverts dans les services de restauration ;
  • Rédiger un guide de l’étudiant lillois éco-reponsable ;
  • Travailler avec les composantes sur la politique d’impression ;
  • Mener des campagnes de sensibilisation sur les mégots en lien avec les centres de santé pour rendre, de manière progressive, les espaces de l’Université non fumeurs ;
  • Déployer davantage de composteurs collectifs gérés par les associations universitaires.

 

Développement de tiers-lieux : une culture innovante et alternative

Lors de sa dernière campagne “Mes Voeux pour Mon Territoire” (2019), ConsultVox a décidé de mettre à disposition aux collectivités son outil de carte participative, gratuitement et sur un temps donné. Et ce, dans le but de permettre aux citoyens de formuler et localiser un ou plusieurs vœux en rapport avec la vie locale. La Ville de Saint-Germain-en-Laye, qui a répondu à notre appel, a ainsi convié ses habitants à partager leurs idées sur 7 thématiques différentes. Parmi elles, nous avons décidé de partager la suivante :

 

Un lieu de culture innovant et alternatif : de plus en plus de villes sont investies par des lieux de cultures alternatives. Ils sont aussi des lieux de débats, véritable laboratoire en matière d’offres culturelles, de vie et de partage. 

 

Ce type de lieu fait écho au concept des tiers-lieux, apparu dans les années 1980 dans The Great Good Place du sociologue Ray Oldenburg et qui connaissent aujourd’hui un regain d’intérêt. Ceux-ci sont qualifiés comme des lieux de sociabilité, autre que la maison et le travail et dans lesquels l’intelligence collective, l’engagement civique et le militantisme ont une grande place. Ces lieux sont hybrides et peuvent prendre différentes formes : fablab, espaces de travail partagés, boutiques, cafés, ressourceries, espaces de médiation culturelle, etc. Ils ont en commun de faire se croiser différents acteurs dans le but de créer, d’expérimenter et d’innover de nouvelles pratiques ou de nouveaux services.

Ces dernières années, le gouvernement a pris différents engagements pour participer à leur développement. Fin 2018 d’abord, suite à la remise d’un rapport sur les espaces de coworking, les fablab, living lab et autres makerspaces, le secrétaire d’Etat auprès du ministère de la cohésion des territoires a annoncé un plan de 110 millions d’euros sur trois ans pour renforcer et déployer ces espaces. Cette mission en comptabilisait 1463 en France et mettait en avant leur grande faiblesse : leur modèle économique. Puis, en juin dernier, le gouvernement a lancé un programme doté de 45 millions d’euros intitulé “Nouveaux lieux, nouveaux liens” visant à pérenniser leur fonctionnement. Une instance de “représentation et de dialogue avec les pouvoirs publics” a également été créé pour accompagner ce déploiement : le Conseil national des tiers-lieux.

 

Participation citoyenne : tiers-lieux

 

Les propositions d’initiatives que nous avons décidé de mettre en avant dans cet article ne sont qu’un exemple de toutes les idées qui fleurissent sur les différentes plateformes de participation citoyenne de nos clients. Celles-ci naissent dans le cadre de projets de consultation, de concertation ou de coproduction particuliers avec chacune leurs problématiques spécifiques. Néanmoins, à travers ce billet, nous souhaitions transmettre le constat que fait chaque jour notre équipe. À savoir, l’intérêt grandissant des participants, des citoyens, pour les enjeux liés à l’écologie, la solidarité et plus largement aux projets visant un impact social, environnemental et économique positifs sur nos territoires. Nous sommes ainsi convaincus de l’intérêt des outils de participation citoyenne qui permettent de mettre en valeur ces idées individuelles pour aboutir sur de véritables projets collectifs d’avenir.

Ces ressources pourraient vous intéresser

    Inscrivez-vous !
    Inscrivez-vous à notre Newsletter et ne manquez rien de l'actualité de la participation citoyenne.
    S'inscrire
    En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir la newsletter de ConsultVox et reconnaissez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide des liens de désinscription ou en nous écrivant à contact@consultvox.co.
    close-link