A qui s’adresse la participation citoyenne ?

4 janvier 2022
5 minutes environ

Ces dernières années, la crise des gilets jaunes, le mouvement “Nuit Debout”, ou encore le Grand débat national, ont démontré une demande accrue de participation citoyenne. Pour y répondre, plusieurs démarches participatives peuvent être expérimentées par le biais, par exemple, d’outils de participation citoyenne en ligne.

Cette demande se fait de plus en plus prégnante, notamment à l’échelle locale pour une ville et ses citoyens, pour une entreprise en interne avec ses salariés, ou encore pour une université et ses étudiants. Ainsi, la démarche peut s’adresser à une pluralité d’acteurs. Dans cet article, nous vous proposons de nous intéresser à ceux à qui s’adresse la démarche.

La possibilité de s’exprimer pour l’ensemble des citoyens

En France, notre système démocratique ne contraint pas les citoyens à effectuer une action, comme le fait de voter par exemple. Cependant, si le vote est un droit, c’est aussi un devoir civique ce qui signifie que le fait de se rendre aux urnes ou non relève avant tout de la morale. Le citoyen est donc libre de choisir d’être un citoyen actif en participant à la vie de la société, ou d’être un citoyen passif.

En ce sens, la participation citoyenne cherche à rendre les citoyens plus actifs, en les faisant prendre part aux réflexions dans le but d’influer sur une décision politique. Ces démarches participatives peuvent être organisées par des acteurs publics ou privés, soucieux de privilégier l’expression des citoyens. De ce fait, la participation citoyenne ne s’adresse pas à un type d’acteur en particulier, mais à l’ensemble des citoyens parmi lesquels on peut retrouver :

  • Les habitants d’une collectivité territoriale (ville, métropole, département, région…),
  • Les salariés et/ou usagers d’une entreprise parapublique ou privée,
  • Les salariés et/ou adhérents d’une association,
  • Des étudiants, doctorants et/ou salariés d’une université ou grande école.

Pour chacun de ces acteurs cités ci-dessus, pouvoir exprimer son avis dans l’espoir que celui-ci puisse impacter la décision qui sera prise, constitue une motivation importante.

Des outils de participation citoyenne pour tous les publics

Avec l’essor des plateformes participatives, de nombreux outils participatifs se sont développés. Aujourd’hui, les organisateurs des démarches participatives ont le choix parmi une grande variétés d’outils numériques ou en présentiel, pour favoriser la participation du public. Ce large spectre d’outils permet de s’adapter davantage au public cible.

L’apparition des outils numériques ont permis de toucher des publics éloignés de la participation citoyenne comme les jeunes, les actifs ou encore les familles monoparentales. Puisque chaque public a des besoins différents, il est important de choisir un outil adapté à ce dernier.

Parmi les outils de participation utilisés par les organisateurs on peut retrouver, par exemple :

  • Des ateliers collaboratifs au sein des entreprises : aujourd’hui les salariés souhaitent pouvoir s’exprimer sur un certain nombre de sujets qui ont à trait avec l’entreprise. Pour ce faire, des ateliers collaboratifs peuvent par exemple être mis en place. Ces derniers permettent aux participants de prendre part au débat, tout en confrontant leurs idées avec celles de leurs pairs.
  • Un questionnaire en ligne à destination des salariés et/ou adhérents d’une association : afin d’adopter un mode de gouvernance qui implique les salariés et/ou adhérents, il est possible de mettre en place des consultations internes. Ainsi, une association pourrait alors opter pour la mise en place d’un questionnaire, lui permettant de recueillir l’avis des participants sur le sujet.
  • Un appel à idées en ligne à destination des habitants d’un quartier : de plus en plus, les citoyens souhaitent pouvoir s’impliquer dans les projets locaux. A l’échelle d’un quartier, une commune pourrait alors choisir d’organiser un appel à idée, afin de recueillir les idées des participants sur une thématique.

Exemples de démarches de participation citoyenne

Afin de démontrer que la participation citoyenne s’adresse à l’ensemble des citoyens, nous avons choisi de vous présenter deux exemples de démarches mises en place, dans des contextesdifférents :

Le budget participatif

Ce dispositif est fortement plébiscité par les collectivités territoriales, mais se déploie également à l’échelle d’universités par exemple. Il consiste à octroyer une part du budget de l’organisation à la réalisation de projets proposés par les citoyens. La démarche est composée de quatre phases : une phase de dépôt d’idées par les participants, une phase d’étude de faisabilité des projets par les organisateurs, une phase de vote à destination des citoyens, puis d’une phase d’annonce des lauréats. Année après année, le dispositif séduit de plus en plus d’acteurs. En 2020, on estime que 170 budgets participatifs auraient été menés en France.

Consultation menée par l’Université de Lille

En 2019, l’université a organisé une consultation à destination des étudiants et membres du personnel de l’établissement. Cette dernière avait pour objectif de récolter leur avis en vue d’améliorer le cadre de vie sur les différents campus que compte l’université. Pour ce faire, un appel à idées en ligne a été lancé et des affiches connectées ont été installées sur les campus, afin d’informer et de recueillir l’opinion des participants. Au total 168 idées ont été proposées sur la plateforme participative et 914 votes ont été recensés par le biais des affiches connectées.

Les différents types d’outils (numériques ou en présentiel) se complètent pour favoriser la participation du plus grand nombre aux démarches participatives. Ils permettent une meilleure accessibilité de la participation citoyenne, pour une large partie de la population.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser