Quelles démarches de participation citoyenne existent en France ?

30 août 2021
5 minutes environ

Les démarches de participation citoyenne en France, ne se résument plus uniquement à de la consultation réglementaire. De plus en plus, des démarches participatives volontaires se mettent en place, grâce notamment à l’utilisation d’outils numériques.

Elles viennent répondre à un besoin exprimé par les citoyens, d’être acteur de la vie locale. Ils souhaitent pouvoir exprimer leur avis sur les projets qui les concernent au quotidien. Ces démarches peuvent alors porter sur différentes thématiques, comme le cadre vie ou encore les transports.

Pour vous aider à y voir plus clair, faisons le point sur les démarches de participation citoyenne qui existent en France.

Les différentes formes de participation citoyenne

La participation citoyenne est composée de différents niveaux, allant de l’information à la co-décision entre citoyens et décideurs publics. La consultation, la concertation et la co-construction, sont les trois autres niveaux de participation auxquels peuvent s’attendre les citoyens.

Ces différents niveaux, vont exercer une influence sur la façon dont les participants vont pouvoir s’impliquer dans le dispositif participatif. Il correspondent donc à des degrés de participation, qui seront permis ou non par l’organisateur.

Pas si simple car toutes les « participations citoyennes » ne veulent pas dire la même chose, n’impliquent pas le même accès, le même pouvoir, le même type de participation. Le terme général cache des différences essentielles auxquelles nous devons faire attention pour mieux décider ce que nous voulons vraiment.

Francis Pisani, “Trois niveaux de participation citoyenne”, Le Monde, 3 février 2017

De même, différents degrés de participation sont perceptibles, du point de vue des modalités d’expression permises pour les participants. Ainsi, la cession de données, la suggestion d’idées ou encore la proposition d’un projet, n’invitent pas au même degré de participation. Là aussi, la démarche de participation citoyenne entreprise va impacter le degré d’implication des participants.

Il est donc important de définir précisément les objectifs que le projet de participation citoyenne, devra permettre d’atteindre. En effet, ces derniers conditionneront le degré de participation qui sera attendu de la part des citoyens.

Les dispositifs de concertation citoyenne sur le terrain

Parmi les démarches participatives qui existent en France, on trouve notamment le dispositif de participation citoyenne sur le terrain. Ce dernier présente l’avantage de favoriser l’interaction et l’échange direct avec les participants.

Ces points forts sont rendus possibles par les supports utilisés dans le cadre des dispositifs en présentiel (balades urbaines, diagnostics en marchant, world café, co-design de services…). Mais aussi, grâce à la personne en charge d’animer la concertation et dont l’objectif est de favoriser la contribution des participants.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la participation citoyenne sur le terrain, ne se réduit pas à des réunions publiques. En effet, elle consiste également à aller directement à la rencontre des citoyens (dans la rue, sur le marché, devant une gare…), afin de recueillir leurs avis. Cet aspect du dispositif de terrain, permet de donner la parole à un public peu habitué à exprimer ses idées, son opinion.

La crise sanitaire que nous traversons a fait apparaître des limites à ces dispositifs de participation citoyenne en présentiel. En effet, les confinements, le port du masque ou encore la distanciation sociale ont rendu l’interaction et la mise en œuvre de ces dispositifs, difficiles voire impossibles. La nécessité de se réinventer s’est alors fait sentir.

Les outils numériques de participation citoyenne

Incriminé un temps de vouloir “hacker la démocratie”, le numérique apparaît aujourd’hui comme l’une des réponses possibles à la défiance et au désintérêt des citoyens pour la chose publique. L’essor des Civic Tech et de leurs outils de participation citoyenne en ligne permettent l’expression d’un public diversifié.

C’est en touchant des catégories de citoyens qui ne se déplaceraient pas nécessairement pour participer à un atelier ou à une réunion publique en présentiel, que les outils numériques sont facteurs d’accroissement de la participation des citoyens.

Les outils numériques sont ainsi perçus comme le moyen d’obtenir l’avis du plus grand nombre de citoyens. Lors de la dernière édition en 2020 de la Convention Citoyenne pour le Climat, 150 citoyens ont été choisi pour être en présentiel, afin d’élaborer des propositions. Cet échantillon n’étant pas représentatif des 66 millions de français, une alternative numérique permettait ainsi à la population de participer en ligne. Le dispositif numérique apparaît donc comme un complément du dispositif de terrain, permettant de favoriser l’expression des citoyens.

Comme pour le présentiel, les dispositifs de participation citoyenne en ligne comportent une grande variété d’outils qui visent à favoriser l’expression des participants. Parmi eux on trouve par exemple le budget participatif, l’appel à idées, ou encore le questionnaire. Certains supports de participation jusqu’alors réservés aux dispositifs en présentiel, ont même trouvé leur équivalent numérique (le world café ou tables-rondes en ligne, les réunions publiques par visioconférences…).

Toutefois, comme pour les dispositifs de participation citoyenne en présentiel, les outils numériques ont des limites, telles que l’inégalité d’accès au numérique ou encore l’illectronisme.

Les dispositifs de participation citoyenne en présentiel et en ligne demeurent donc complémentaires. En effet, ces deux types de dispositifs ne permettent pas de toucher le même public. Ainsi, il est essentiel de veiller à choisir le dispositif qui sera adapté à l’audience visée.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser